Aygo X, la citadine à laquelle on ne s’attend pas Elle dispose d’un équipement de première classe – Corriere.it

La petite Toyota à essence lit les panneaux de signalisation et sait prévenir les accidents

Il n’est plus courant de nos jours de voir une nouvelle citadine faire ses débuts. La raison? De nombreux constructeurs ont décidé d’abandonner un segment qui n’est plus rentable, compte tenu de la difficulté à amortir les coûts des nombreux équipements technologiques que l’on retrouve désormais également sur les petites voitures. Avec l’Aygo X, qui se lit Cross, Toyota va à contre-courant : le segment A reste important pour nous. fondamental pour notre mission de fournir à chacun la bonne solution de mobilité, explique Andrea Carlucci, responsable produit et marketing chez Toyota Europe.

Passeport européen

L’Aygo X remplace l’Aygo produit depuis 2005 et un modèle avec un passeport entièrement européen. Il a été conçu au centre de style Toyota ED2 de Sophia Antipolis (France), est produit à l’usine de Kolin (République tchèque) et possède une touche crossover très appréciée du Vieux Continent. La citadine japonaise utilise désormais la plateforme Tnga-B, la même que ses grandes sœurs Yaris et Yaris Cross. La longueur de 3,7 mètres pour 1,52 de hauteur (+6,5 centimètres par rapport à la Yaris) et 1,74 de largeur avec un coffre de 231 litres, soit 63 litres de plus que la génération précédente.

Traction avant

Contrairement à ce que l’on pourrait attendre d’une Toyota, l’Aygo X non hybride (et à traction avant). La raison réside dans la maîtrise des coûts, mais les concepteurs se disent tout de même satisfaits en ce qui concerne la consommation (déclarée à 4,8 litres aux 100 kilomètres) et les émissions de CO2 (de 108 à 114 grammes selon la finition choisie). La petite japonaise est proposée avec un seul moteur essence 1.0 trois cylindres de 72 chevaux, qui peut être associé à la boîte manuelle à cinq rapports ou à la CVT automatique. En conduite urbaine, l’Aygo X est prête au démarrage et roule en douceur. Si à bas régime le confort acoustique est bon, lorsque les régimes montent le trois cylindres se fait sentir, mais l’habitacle est tout de même isolé des vibrations. L’assise surélevée et les montants pas trop épais permettent de profiter d’une excellente habitabilité, facilitée dans les manœuvres par une grande lunette arrière et la caméra. Les plastiques rigides internes sont dans la lignée de la concurrence, tandis que le compartiment central qui abrite l’écran 8 ou 9 pouces (compatible avec Android Auto et Apple Car Play) a une forme elliptique originale.

Quatre sièges

Le petit crossover japonais n’existe qu’en version quatre places. Les deux sièges avant sont confortables, tandis que l’espace derrière est étroit et pour y accéder, il faut se tordre un peu trop, compte tenu de la porte pas large qui a conduit les concepteurs à utiliser également les fenêtres à boussole arrière. En revanche, les lignes générales sont agréables et particulièrement tendance, avec les pare-chocs prononcés et les phares se développant verticalement qui donnent à l’Aygo X une présence plutôt affirmée sur la route. L’ensemble des systèmes d’aide à la conduite comprend, entre autres, la lecture des panneaux routiers, le régulateur de vitesse adaptatif et le dispositif de prévention des collisions qui peut reconnaître les piétons, les cyclistes et les autres véhicules. En Italie, l’Aygo X est disponible en quatre versions : Active, Trend, Lounge et Limited (cette dernière uniquement jusqu’à la fin de l’année). Les prix commencent à 16 500 €.

11 avril 2022 (changement 11 avril 2022 | 12:29)

Add Comment