Lane au bord de la dépression nerveuse : bulletins

Malgré une première mi-temps correcte et un but annulé pour un millimètre de hors-jeu, Vicenza subit un poteau puis l’expulsion imprudente de Meggiorini. En deuxième mi-temps, il passe sous le score d’un but et en infériorité numérique, les rouges et blancs ne parviennent pas à reprendre le dessus et remportent ainsi le 22ème KO de la saison.

Les bulletins

GRAND 6 :

à une demi-heure la perche le sauve du coup d’Acampora. A la 62′ dans une action confuse dans la surface Viviani trouve le bon couloir pour sacrifier. Le gardien pouvait-il faire quelque chose ? A mon avis pas parce que le ballon sort de sous le pied d’un défenseur. A la 95′, il surpasse Acampora en déviant le ballon en corner. Pour lui encore une course sans fautes et avec quelques sorties efficaces.

BRUSCAGIN 5/6 :

une performance sans hauts ni bas. Il contribue au bon filtre que l’équipe fait jusqu’au but encaissé, mais s’avère ensuite inefficace dans les tentatives de relance, malgré un Bénévent qui ne joue certes pas son meilleur match de la saison.

(GIACOMELLI) 5/6 :

à la 91′ il aurait une balle de set très intéressante mais il ne l’exploite pas adéquatement. Son entrée anime la manœuvre de Lane, donnant également de la profondeur aux textures du milieu de terrain. Cependant, son scintillement proverbial est absent et il jette un corner et mal placé le ballon.

PAN 6.5 :

les sorcières ne sont pas là par hasard. C’est une formation bien structurée avec un trio offensif qui fait peur sur le papier. La défense rouge et blanche fait cependant sienne et le bras de fer (poteau et but mis à part) le carnet reste quasiment vide d’occasions pour les Giallorossi. A propos de l’obturateur là-bas.

DE MAÏO 6.5 :

le redoutable Forte est un chat très laid à éplucher. Les centres rouges et blancs l’arrêtent presque toujours et même avec sa tête (son point fort) ils ne lui laissent pas trop d’occasions. Mesurant la course à l’étrier, Lane ne mériterait pas d’être vaincu par le Vigorito, mais celui qui est à l’origine de sa maladie pleure lui-même…

LE 6 MAI:

Un jeu un peu dans l’ombre, mais qui a certainement le mérite de saturer son éventail de compétences, là où les animateurs n’allient pas grand-chose de pertinent. Il pourrait pousser plus fort, mais en restant en 10 il doit aussi veiller à ne pas ouvrir de couloirs aux adversaires. Disons qu’il s’entend sans exceller.

ZONE 5.5 :

jeu anonyme. Pour courir, il court, mais n’affecte jamais sauf avec une insertion en première mi-temps sur laquelle il ne trouve pas le bon moment. Il cède la place à un coéquipier, mais le mouvement de l’entraîneur n’a pas d’effet positif. En effet, l’équipe est moins appréciée.

(DE LA MONTAGNE) 4 :

encore un autre épisode de ce mystère de la foi. Joueur souvent décisif l’an dernier avec sa verve et ses inventions, il est cette année un vrai poids mort. Dans mon carnet, il ne reste plus une seule ligne sur lui, signe qu’il a traversé la réunion comme un météore perdu dans le vide. Un gros problème.

VÉLO 5/6 :

averti presque immédiatement pour contenir Delizia avec une épaule. Peut-être que la décision était trop sévère. Il y a une incertitude évidente sur le but des hôtes : après avoir récupéré un superbe ballon il tente de dépasser l’adversaire mais perd le contraste. Pour le reste il joue 95′ granuleux et judicieux, s’imposant comme le meilleur du milieu de terrain des invités. Il aurait mérité une meilleure note, mais l’erreur fatale pèse trop lourd.

CAVION 5 :

très nerveux, il est l’un de ceux qui se sent le plus engagé et cela affecte sa performance. Vous pouvez voir qu’il a une grande envie de faire mais la forme physique et la confusion mentale transforment un joueur de haut niveau (pour la catégorie) en un joueur ordinaire en ce moment. Et Vicenza aurait besoin du meilleur Cavion !

(TEODORCYZK): ng

trop peu de temps pour le Polaccone.

GRENOUILLE 6- :

à la 36′ un adversaire décolle du sol et récupère le jaune. Commencez le jeu en beauté, avec quelques initiatives intéressantes. Puis lentement le voyant de la batterie s’allume et il disparaît de la scène. D’un autre côté, vous ne pouvez pas vous attendre à ce que ce petit garçon gagne des matchs tout seul.

(LUKAKU) 6 :

un retour décent qui laisse espérer quelque chose de bien pour les prochains engagements. Bien sûr, au niveau esthétique, il apparaît résolument “écartelé”. Disons 10 kilos au dessus du seuil ?

DIAW 5 :

il essaie à 16′ mais la conclusion est faible. A 5′ il claque bien sur la passe décisive gagnante, dommage qu’il soit en très léger hors-jeu (des trucs de centimètres) et la VAR décrète l’annulation du 0-1. A la 78′ il retente mais n’inquiète pas Paleari. Comme engagement, rien à dire. Mais c’est toujours sur le terrain, toujours immonde, toujours protestant. A quoi bon ?

MISES À NIVEAU 3 :

à la fin de la première partie du jeu, il subit (peut-être) une faute sur un redémarrage et proteste de manière flagrante, remédiant à l’avertissement. Le match continue mais son courroux ne s’apaise pas, à tel point qu’une fois le temps écoulé la tête de l’ancien Chievo sbrocca complètement malgré les managers de Berici tentent en vain de le retenir. Peut-être que ce sont les éclats, peut-être quelques mots de trop, le fait est que M. Maggioni a sorti le deuxième jaune de sa poche et le rouge en même temps. Une folie inexcusable pour un joueur de son expérience. Lane revient donc sur le terrain avec 10 hommes. Un comportement de tir dans le dos qui instaure une rupture avec les supporters difficiles à cicatriser…

Monsieur BROCCHI 6 :

cette fois, il a aligné une formation qui a une tête et une queue. La seule mise en garde est que les hommes apparaissent immédiatement exagérément nerveux. Et n’est-ce pas au barreur d’intervenir dans ces cas ? Son Vicenza, vu à Bénévent, n’est pas mal du tout. En effet il redimensionne à bien des égards l’un des cuirassés du championnat. Et maintenant, ce sera pour le prochain, monsieur ? Ou le dernier match contre Alexandrie sera-t-il décisif ?

.

Add Comment