le match se termine 1-1- Corriere.it

de Andrea Sereni et la rédaction de Sport

L’équipe nationale repart sur un nul après la tempête de buts encaissés face à la France. Il subit un but dès la première minute de jeu, puis en seconde période trouve le nul face à Bergamaschi et passe tout près de l’emporter.

20:00 – Italie, maintenant avec la Belgique, nous devons gagner

(Andrea Sereni) Quand la petite Federica entre sur la pelouse de l’Academy Stadium de Manchester, Cristiana Girelli sourit, s’assoit par terre et la prend dans ses bras : sa petite-fille a le drapeau tricolore peint sur les joues et un maillot bleu, la première fan d’une équipe nationale qui pousse un soupir de soulagement : le 1-1 avec lequel il attrape l’Islande garde le discours de qualification ouvert. Pour aller en quart de finale, il faut battre la Belgique (lundi à 21h) lors du dernier match de la phase de groupes.

J’ai revu mes filles – l’entraîneur Milena Bertolini explique avec la tension toujours élevée -, ce n’était pas facile pour la façon dont elle s’était mise. Oui, car l’Italie répète le faux départ qui est devenu un cauchemar face à la France. Le but avec lequel Vilhjalmsdottir glisse Laura Giuliani après trois minutes, punissant une autre incertitude de la capitaine Sara Gama, oblige les bleues à envisager le pire des scénarios avec les yeux gonflés de peur, l’élimination de l’européenne de conscience après moins de 180 minutes.

Mais la nuit lointaine de Rotherham, l’équipe nationale différente. La révolution de Bertolini (cinq changements par rapport aux 11 coulés avec la France, 4-4-2 pour avoir plus d’équilibre) apporte énergie, idées et détermination fraîches : Flaminia Simonetti partout, maîtresse du milieu de terrain avec ses 159 centimètres face aux géants islandais ; Martina Piemonte aide ses coéquipières et se bat, mais sur un tir déséquilibré, elle ne parvient pas à piquer.

Il faut donc compter sur les vétérans, cette Barbara Bonansea qui a également tenu le rôle de locomotive lors de la Coupe du monde 2019. Elle entre en début de seconde mi-temps (flanquée peu après par Girelli), elle se place à gauche et change la donne. son passage que Valentina Bergamaschi, dans le quart d’heure de la reprise, transforme en but du précieux égaliseur. Quand on jouait le ballon au sol on les mettait en difficulté, explique Bertolini. D’ailleurs, l’Islande commence à haleter, incapable de tenir le ballon, fermée comme un hérisson en défense : le poteau sur lequel s’imprime la droite de Bonansea est la meilleure opportunité pour les bleus, dangereux même avec Simonetti et tellement affamés de risquer, au final, subir une moquerie sensationnelle avec Vilhjalmsdottir qui kicke mal depuis une excellente position.

Je suis content de la performance mais triste du résultat : on voulait gagner, dit Bonansea, récompensé par l’Uefa comme le meilleur joueur sur le terrain. Ce tirage est serré, se fait l’écho de Simonetti. L’Italie, qui mêle joueurs jeunes et expérimentés, s’est révélée être une autre équipe par rapport à celle débordée par la France, longtemps supérieure à l’Islande. Accrochées au Championnat d’Europe malgré les démarrages poussifs, les filles qui rêvent sont toujours en lice : elles doivent gagner contre la Belgique, elles ont tout pour y arriver.

19:49 – Italie-Islande termine 1-1

Il se termine par un match nul entre l’Italie et l’Islande

19h44 – 89′

Deux actions dangereuses des Islandais qui ont frôlé le but à chaque fois

19h40 – 85′

Sabatino entre, Giacinti sort

19h38 – 83′

Tir de Bonansea de l’extérieur, ballon dévié, sauve Sigurdadottir

19:30 – 75′

Une autre chance pour Bonansea, je me retire

19h28 – 73′

Contre-attaque des bleus, le ballon atterrit à Bonansea dans l’axe de la surface, tir et poteau plein

19h26 – 71′

Le tir de Di Guglielmo de l’extérieur du ballon passe à côté

19h24 – 69′

Tir du bord de Bonansea, para Sigurdadottir

19h22 – 67′

Coup franc de Boattin, ballon au fond

19h17 – Match nul Bergamaschi : 1-1

Bonansea vole sur l’aile et place Bergamaschi au centre et marque

19h16 – 61′

Joansdottir dévore un but en s’arrachant à moins de deux mètres de la ligne de but

19h15 – 60′

Ammonite Bergamasque

19h12 – 57′

Bartoli à la place de Sara Gama

19h09 – 54′

Tiré de l’extérieur par Gunnarsdottir, haut sur la barre transversale

19:06 – 51′

Sortie du Piémont Entrée de Girelli

19:03 – 48′

Après l’entrée de Bonansea à Caruso, Girelli s’échauffe aussi

19:01 – Le tournage commence

Bleu a immédiatement attaqué

18:44 – Italie-Islande 0-1 en fin de première mi-temps

La première mi-temps se termine sans reprise. L’Italie sous le 1-0, les Bleus ont 45 minutes pour rouvrir un match décisif pour la suite du Championnat d’Europe. Décide du but inscrit à la 3′ par Vilhjalmsdottir

18h40 – 38′

Moment de lassitude du match. Les deux équipes s’étudient, les bleus poussent depuis plus de vingt minutes et reprennent leur souffle.

18h29 – 30′

L’Italie à nouveau en attaque : Simonetti lance long pour le Piémont, banque pour Giacinti qui frappe mal.

18h26 – 26′

Simonetti sert dans l’axe de la surface piémontaise qui sort bien et frappe du droit : il frappe mal le ballon qui finit juste à l’extérieur. Immédiatement après Bergamaschi centre du droit après un ballon récupéré par Simonetti, frappe du droit mais ne fait pas mal au gardien islandais.

18h23 – 23h

Encore un ballon perdu à l’entrée de la surface de réparation par l’Italie avec Boattin, Jonsdottir va au tir et touche le poteau.

18h18 – 20h

Autre belle action de l’Italie : Simonetti rentre dans la surface centrale et sert Caruso, qui part d’une bonne position mais ne trouve pas de corner, pare sans encombre le gardien islandais.

18h16 – 17h00

Corner de Boattin, Caruso tente d’anticiper au premier poteau il se heurte à la tête mais le ballon est dévié par un joueur islandais.

18h15 – 15h

Belle initiative de Boattin qui coupe le terrain du gauche, centre et ouvre à l’extérieur pour Bergamaschi : centre pour Giacinti qui n’arrive pas à se coordonner pour aller au tir.

18:09 – 11′

L’Italie tente de réagir. Milena Bertolini s’ébroue sur la touche. Piemonte trouve un bon demi-ballon à l’entrée de la surface et botte du droit : ballon haut au-dessus de la barre transversale.

18:07 – 8′

Nouvelle occasion pour l’Islande, Gunnarsdottir (milieu de terrain tout juste racheté par la Juventus) donne un coup de pied sur les développements d’un corner juste haut sur la barre transversale.

18h05 – Reprise de la montée

Encore un départ cauchemardesque pour les filles. L’Islande est bonne pour profiter d’une occasion avec le jeu arrêté.

18:02 – But de l’Islande

Longue touche des Islandais, le ballon rebondit dans la surface de réparation, Gama ne parvient pas à s’éloigner et Vilhjalmsdottir d’une belle droite pousse Giuliani, innocent en la circonstance.

18:00 – Fêtes

La partie ne fait que commencer : l’Italie joue une grande partie des chances de passer le tour.

17h59 – La révolution de Bertolini

L’entraîneur Bertolini a choisi de révolutionner la formation côté France : immédiatement sur le terrain les cinq remplaçants entrés en seconde période dimanche à Rotherham.

17h57 – Le système de jeu italien

L’Italie en phase défensive s’alignera au milieu de terrain à 4, avec Bergamaschi qui en phase offensive montera aux côtés de Giacinti et Piemonte.

17:53 – Voici les équipes

Les joueurs viennent d’entrer sur le terrain, au moment des hymnes nationaux : d’abord l’Islande, puis l’Italie (aujourd’hui avec le maillot bleu, contrairement à dimanche).

17h40 – Chauffage terminé

Les filles viennent de rentrer aux vestiaires après s’être échauffées. A Manchester il y a du vent, toujours des conditions idéales pour jouer.

17:02 – Les formations officielles

Ce sont les formations officielles du match. L’entraîneur Bertolini change cinq joueurs par rapport au match contre la France : dès la première minute il y a Di Guglielmo, Simonetti, Rosucci, Piemonte et Giacinti à la place de Bartoli, Galli, Giugliano, Girelli et Bonansea.

Italie (4-3-3) : Giulani ; Par Guglielmo, Gama, Linari, Boattin ; Simonetti, Rosucci, Caruso ; Bergamaschi, Piémont, Giacinti.

Islande (4-3-3) : Sigurdardottir ; Vidarsdottir, Viggorsdottir, Arnardottir, Gisladottir; Jonsdottir, Brynjarsdottir, Gunnarsdottir; S. Jonsdottir, Thorvalldottir, Vilhjalmsdottir. CT Halldorsson.

15:27 – Contre l’Islande, l’Italie ne peut pas se tromper

(Andréa Sereni) Dos au mur, vous ne pouvez plus vous tromper. Italie effacer le cauchemar de la France et regarder dans les yeux le prochain iceberg, l’Islande. Deuxième match de la prise de conscience européenne, déjà décisif : si les bleus perdent ils sont éliminés. Un résultat positif laisserait tout ouvert pour le dernier match de la phase de groupes, Lundi contre la Belgique. Du green nu de Rotherham à Manchester, l’Academy Stadium, une petite structure (capacité maximale 7 000 personnes, sold out annoncé) où joue l’équipe féminine de City et s’entraîne l’équipe de Guardiola. Ici l’équipe nationale repart après la tempête de buts encaissés face à la France. Ils ont été parmi les jours les plus durs de mon mandat – avoue l’entraîneur, Milena Bertolini -. Nous avons parlé de cette première mi-temps et de ce que nous pouvons faire contre l’Islande. Nous avons besoin d’un renversement immédiat : nous devons avoir confiance en nous et changer l’approche de la course – explique le capitaine Sara Gama -. Nous corrigeons les erreurs, surtout dans l’attitude. Enfermées dans l’antre d’Accrington, les filles qui rêvent de grandir ont analysé le coup de foudre contre Geyoro et ses compagnons, un coup dur à digérer pour ses proportions et son intensité. Nous avons rechargé, maintenant j’attends de voir l’Italie que je connais et qui nous a amenés ici. Nous pouvons passer le quart de travail, dit Milena da Correggio.

14:45 – Les adversaires : l’Islande

La qualification des bleues aux quarts de finale passe d’un résultat positif avec l’Islande, une équipe physique (numéro 17 au classement, Italie 14e) qui a dans le très jeune Sveindis Jnsdttir et en Sara Bjrk Gunnarsdottir les joueurs les plus talentueux. A 31 ans, cette dernière a choisi d’avoir un enfant sans attendre de finir sa carrière : elle n’a pas besoin de choisir, on peut faire les deux, elle lui raconte dans un film documentaire sur elle qu’elle photographie les derniers mois de sa vie. la vie. J’aurai un bébé en novembre et en juin je jouerai pour mon pays en championnat d’Europe, elle a dit qu’elle en était sûre il y a quelques mois : mission accomplie, dimanche il était sur le terrain contre la Belgique. En novembre est né le petit Ragnar, en mars Sara est revenue avec Lyon (championne d’Europe), fin juin elle a signé avec la Juventus : Faire ce que j’aime et être mère est le meilleur sentiment que j’ai éprouvé dans ma carrière. D’autres femmes m’ont inspirée, j’espère en faire autant. Encore un autre défi pour les bleus, celui-ci sans retour.

13:34 – Les formations probables

Italie (4-3-3) : Giulani ; Par Guglielmo, Gama, Linari, Boattin ; Simonetti, Rosucci, Caruso ; Bergamasque, Girelli, Bonansea. Entraîneur : Bertolini.
Islande (4-3-3): Sigurdardottir; Atladottir, Arnardottir, Gisladottir; Jonsdottir, Brynjarsdottir, Gunnarsdottir; Vilhjalmsdottir, Thorvalldottir, S. Jonsdottir. CT Halldorsson.

12h24 – Les derniers doutes de l’entraînement

L’équipe nationale part de ceux qui se sont battus sans peur, de cette réaction qui a rendu la défaite de dimanche moins amère. Il faut être bien physiquement et mentalement : mes choix iront dans ce sens, explique Bertolini, anticipant quelques changements de line-up. Le coach ne fait pas de révolutions, mais quelques petits ajustements : dans l’espace de l’entrejeu dès la première minute pour Flaminia Simonetti, course et qualité aux côtés de Martina Rosucci (qui a également débuté sur le banc avec la France) et Arianna Caruso, la seule confirmée au milieu de terrain. . Derrière Lucie Di Guglielmo à droite à la place de sa partenaire (à la Roma) Elisa Bartoli, le plus gros doute en attaque : favorisée (légèrement) Cristiana Girelli sur Martina Piemonte, en tête à Rotherham

10h29 – Où le voir à la télé

Italie-Islande, le deuxième match des Bleues au Championnat d’Europe, sera visible en direct sur Rai 1 et sur Sky Sport à 18h. Sur Sky, la connexion depuis Manchester commencera à 17h15.

14 juillet 2022 (changement 14 juillet 2022 | 22:33)

Add Comment