Les marchés boursiers ont été étouffés par les craintes d’inflation. Le pétrole toujours en baisse

(Il Sole 24 Ore Radiocor) – La poussée de l’inflation, le retour de Covid en Chine et la guerre de Ukraine la première séance de la semaine a mis de mauvaise humeur les bourses européennes qui clôturent en sourdine, ainsi que Wall Street. Les achats sur le secteur financier, et en particulier sur les banques qui voient la perspective d’une remontée rapide des taux, ont limité les dégâts sur les listes. Le Cac40 (+0,12%) de Paris mieux évolué que les autres indices du Vieux Continent, au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle française qui débouchera sur un scrutin entre le président Emmanuel Macron et candidat de droite et chef du Rassemblement National, Marine Le Pen. Macron, selon les données du ministère français de l’Intérieur, a obtenu 27,85 % des voix, soit environ quatre points de pourcentage de plus que Le Pen, qui se situe à 23,15 %. Le leader d’extrême gauche Jean-Luc Melenchon est arrivé troisième avec près de 21,95 %. Le scrutin du 24 avril sera décisif.

Wall Street a clôturé en baisse sur les craintes d’une faible croissance et d’une flambée des prix. Le Dow Jones perd 1,19% à 34 309,07 points, le Nasdaq baisse de 2,18% à 13 411,96 points tandis que le S&P 500 baisse de 1,68% à 4 412,83 points

Alors que l’offensive russe dans le Donbass commence, en effet, les signes d’inquiétude ne manquent pas sur les marchés, notamment la hausse des rendements des bons du Trésor américain, qui multiplient les craintes sur la reprise, le “superindex” de l’OCDE qui certifie la perte de momentum de l’économie européenne et du pétrole s’est inversé en dessous de cent dollars le baril en raison des inquiétudes sur la demande mondiale d’énergie (particulièrement affectée par la crise du Covid à Shanghai). Un mélange de facteurs qui pénalise les listes du Vieux Continent, volatiles une grande partie de la journée, alors que Moscou doit faire face au défaut des chemins de fer russes et à l’effondrement de 6% de l’indice RTS en dollars. A Milan le Ftse Mib a perdu 0,28%, à Francfort le Dax40 0,64%, à Amsterdam l’Aex 1,38% et à Londres le Ftse100 0,67%.

Wall Street faible, les yeux sur Twitter

Wall Street est en baisse au début d’une petite semaine alors que les marchés sont fermés pour le Vendredi Saint. Attendu surtout pour les données d’inflation : les prix à la consommation de mars sont prévus pour demain 12 avril, les prix à la production le lendemain. Commence alors la saison trimestrielle, avec les comptes bancaires. Sur les actions, l’action la plus suivie est Twitter, qui a chuté après l’annonce que le directeur général de Tesla, Elon Musk, devenu le premier actionnaire externe, il a décidé de ne pas rejoindre le Conseil d’administration. La semaine dernière, l’action s’était fortement redressée après l’annonce par Musk de l’achat de 9,2 % de l’action.

A Milan vers le bas Moncler et Nexi, un coup de Leonardo

A Milan, Moncler a clôturé dans le bas du segment principal (-4,8%), touché comme l’ensemble du secteur du luxe par la hausse des infections en Chine, et Nexi (-3,7%) dans le sillage de la faiblesse du Nasdaq. Réalise sur Banco Bpm (-2%) en attendant de comprendre la stratégie du Crédit Agricole qui est entré dans la banque milanaise avec 9%. En tête, rallye pour Leonardo (+4,7%). La séance a également enregistré un revirement des investisseurs sur la holding Atlantia (-1,1%). Les rumeurs rapportent que le consortium Gip-Brookfield, intéressé par la holding, ne voudrait toutefois pas proposer une opération hostile contre la famille Benetton. Les ventes ont également pénalisé Amplifon (-2,7%), Saipem (-1,6%) et Tenaris (-0,9%), affectés par la faiblesse de cette phase du pétrole brut. UniCredit a clôturé (+0,6%) ce qui va reporter les données du premier trimestre au 4 mai (au lieu du 27 avril) afin de mieux gérer son exposition à la Russie (sur ce front par exemple l’an dernier la banque, comme le rappelle dans ses comptes 2021, elle a accordé aux chemins de fer russes une ligne de crédit liée au développement durable de 545 millions à 7 ans).

Add Comment