Loot River, la critique – Nerd4.life

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passerait si les environnements et les combats de style Dark Souls étaient combinés avec des puzzles de style Tetris ? Probablement pas, mais il l’a fait pour nous Studio Straka, une équipe slovaque indépendante qui, dans sa première production “importante”, veut certainement démontrer qu’elle a des intuitions extraordinaires. Mais l’insolite d’un contenu est-elle suffisante pour donner un sens à un jeu vidéo ?

Découvrons dans le Revue de la rivière Loot.

Explorations suggestives

Loot River : le “quartier général” où notre aventure commence, encore et encore

Loot River n’est pas un jeu qui s’appuie trop sur l’histoire qu’il veut raconter, mais plutôt sur l’atmosphère qu’il entend créer. Il y a très peu d’informations fournies au joueur, au point d’être des suggestions substantiellement utiles pour créer cette aura de mystère nécessaire pour immerger le joueur à l’intérieur de ce univers sombre et austère.

Le jeu se déroule entre les ruelles étroites et les couloirs complexes d’un ville envahie par l’eau, où la seule façon de se déplacer est à travers les plates-formes flottantes qui composent le champ de bataille sporadique et changeant, sur lequel d’innombrables affrontements avec des ennemis redoutables ont lieu. Le joueur est donc appelé à s’aventurer dans les différents environnements de l’espace urbain, afin d’obtenir des connaissances (non seulement liées à l’expérience vécue, mais aussi à une véritable monnaie de jeu) et des récompenses de divers types, des armes aux amulettes utiles en passant par surmonter les zones de jeu récurrentes.

Récurrent, oui, car Loot River adopte la philosophie roguelike, amenant le joueur à recommencer son voyage à chaque fois qu’il tombe au combat. Pas seulement. L’autre particularité de Loot River est la sienne caractère procéduralqui promet de changer de pitch à chaque nouvelle tentative.

De la façon dont elle a été présentée, cette fonctionnalité semblait vraiment pertinente pour l’exploration des environnements, mais nous avons constaté avec une certaine déception qu’en réalité, elle est grande motifs récurrents qui se rejoignent au hasard, conduisant à un nouveau cadre des niveaux, mais qui commencent à devenir familiers après quelques heures de jeu (une condition nécessaire, très probablement, également due à la structure de puzzle des plateformes mobiles).

Une mécanique fusionnelle

Loot River : les plateformes, les vraies stars du jeu

Loot River : les plateformes, les vraies stars du jeu

Loot River semble être avant tout un jeu d’action, très technique, mais on se rend vite compte que la variante du puzzle fait partie intégrante, sinon le véritable moteur de la scène. Là mécanique des plateformes mobiles qui deviennent de petits puzzles d’exploration fonctionnent très bien, mais la “révélation” vient pendant la phase de combat, quand l’ingéniosité consiste à abattre l’ennemi.

Bien plus que dans d’autres cas similaires, cela peut effectivement être fait stratégieisoler les ennemis, les contourner, mais aussi les frapper sans cesse sans leur donner la possibilité de contre-attaquer de quelque manière que ce soit.

Loot River : Exploiter les plates-formes de manière créative fait partie intégrante de l'expérience

Loot River : Exploiter les plates-formes de manière créative fait partie intégrante de l’expérience

Le fait intéressant est que, dans un premier temps, on a tendance à avoir une approche “classique” du jeu, n’utilisant que marginalement les possibilités offertes par le système de mouvement. Cela vous permet d’apprendre à affronter les ennemis individuellement et à comprendre leur comportement, mais cela prend aussi beaucoup de temps, ralentissant incroyablement le rythme d’avancement. Cependant, à partir du moment où vous commencez à utiliser l’environnement à votre avantage, le jeu semble changer, devenant non seulement extrêmement intéressant, mais aussi très amusant. Au moins jusqu’à ce que la répétitivité entre en jeu.

La répétitivité, entre la vie et la mort

Loot River : une progression très lente affecte grandement la perception de la répétitivité

Loot River : une progression très lente affecte grandement la perception de la répétitivité

Étant un roguelike, dans Loot River il est bon de s’attendre à mourir (et beaucoup). Le jeu ne vous donne rien. En effet, l’imprévisibilité du positionnement des ennemis rend tout encore plus précaire, transformant chaque recoin en point de non-retour potentiel. Évidemment, une fois qu’on meurt, tout ce qu’on a récupéré lors du jeu précédent disparaît définitivement, sans possibilité d’aller récupérer ce qui a été perdu. Ce qui est écrit dans l’âme même de ce type de jeu vidéo, donc rien d’extraordinaire.

Le problème se pose lorsque le possibilité d’évolution il est fourni au joueur avec le compte-gouttes : Loot River tombe dans cette catégorie.

Loot River : équipement et stats, les deux éléments qui "ils réinitialisent" chaque fois que tu meurs

Loot River : équipement et statistiques, les deux éléments qui se « réinitialisent » à chaque fois que vous mourez

Être capable de terminer autre chose que d’explorer les deux premières salles encore et encore est un processus qui prend de nombreuses heures de jeu. Cela pousse le joueur à ralentir et à se renseigner sur les environnements et les lieux (comme il se doit, du moins lorsque cette procédure est mise en œuvre avec parcimonie), ainsi qu’à collecter le plus possible puis à acheter des objets au “quartier général” (qui sont mis à disposition immédiatement puis ajoutés aux récompenses pouvant être obtenues aléatoirement sur les ennemis ou dans les coffres disséminés dans les différents niveaux).

Loot River : on a souvent l'impression de vivre dans un déjà-vu

Loot River : on a souvent l’impression de vivre dans un déjà-vu

L’effet de “tourner en rond” sans jamais rien terminer devient très fort après que l’excitation initiale commence à s’estomper. Même en débloquant un grand nombre d’armes, de sorts, d’équipements et de modificateurs (ces derniers étant les véritables éléments de variété), votre succès ou votre défaite sera toujours guidé par un ami de longue date de tels jeux vidéo : le fortune. C’est l’une de ces inconnues qui sont soit très bien implémentées, soit qui frustrent simplement le joueur. Dans le cas de Loot River, si le bon objet n’arrive pas au bon moment il est pratiquement impossible d’aller loin, tant il est probable qu’un coup de chance vous fera avancer très vite dès les premières minutes de jeu.

Autant il semble vouloir récompenser le joueur pour sa technique, autant le titre récompense ceux qui n’ont pas eu assez de chance avec des combats pas difficiles (du moins une fois qu’on a appris les mouvements des ennemis), mais extrêmement longs, épuisants et surtout répétitif. Nous avons rencontré plus d’un adversaire caractérisé par des styles de combat monotones, presque rythmés (dont l’un des principaux boss du jeu, qui peut être vaincu en exploitant encore et encore le même “déclencheur” sans jamais voir de variation dans l’approche par. ce dernier, résultant en un combat incroyablement monotone). Ceci, du moins, lorsque les affrontements se déroulent sans heurts, sans “accrocs” indésirables.

Les enjeux d’un monde en mutation

Loot River : en plus de la répétitivité de certains affrontements, souvent plusieurs bugs bloquants sont aussi en cause

Loot River : en plus de la répétitivité de certains affrontements, souvent plusieurs bugs bloquants sont aussi en cause

Ce qui a été dit jusqu’à présent brosse un aperçu pour la plupart intrigant, caractéristique d’un type de jeu qui peut ou non aimer. Jusqu’à présent, nous avons laissé de côté je vrais problèmes de Loot River, ceux qui sapent l’expérience du joueur dans le négatif. Le fait de devoir “tout recommencer” est déjà une perspective qui intimide l’utilisateur, alors imaginez ce que cela signifie de devoir redémarrer le jeu à cause d’une erreur inévitable.

Loot River est un jeu parsemé de criticités techniques. Il y a de simples pépins de nature visuelle, pour la plupart inoffensifs, mais cela vient aussi du calibre des bugs qui bloquent le jeu de manière irréversible. Et, par coïncidence, ils proviennent de l’une des plus grandes inconnues du jeu : les plateformes mobiles.

Loot River : Un glitch peut saper plusieurs heures de jeu en quelques secondes

Loot River : Un glitch peut saper plusieurs heures de jeu en quelques secondes

Il nous est arrivé plusieurs fois que nos personnages ou d’autres soient coincés entre les plates-formes, incapables de bouger ou de recevoir des attaques. Lorsque cela arrive à des ennemis mineurs, vous mettez votre âme en paix et continuez, mais quand cela va influencer votre alter ego ou un boss, il ne fait aucun doute que vous faites pratiquement face à un “game over”. Imaginez commencer une partie très fructueuse qui dure depuis plus d’une heure parce que le boss de service est coincé quelque part et ne vous permet plus de lui infliger des dégâts de quelque manière que ce soit.

Ces problèmes sont le genre même d’éléments qui détruisent la valeur structurelle d’un jeu comme Loot River. Vous passez la chance, vous passez la difficulté, vous passez aussi la répétitivité (si elle est exploitée correctement), mais l’erreur de calcul est quelque chose qui ne peut pas proliférer à ce point au sein d’un titre similaire.

Fascination audiovisuelle

Loot River : le secteur audiovisuel est incontestablement le fer de lance du jeu

Loot River : le secteur audiovisuel est incontestablement le fer de lance du jeu

Le revers de la médaille est représenté par le secteur audiovisuel. Si la crasse technique ne tarde pas à se présenter, il est bizarre qu’en peu de temps le jeu soit capable de “se soigner”, faisant oublier au joueur la mésaventure qu’il vient de vivre uniquement en re-proposant le même visuel et éléments sonores, dans une séquentialité qui devrait être rassis, mais qui a plutôt un goût aphrodisiaque. La rencontre entre pixel-art et éclairage réaliste, comme nous l’avions déjà précisé dans notre test (où l’on retrouve également une analyse approfondie plus ciblée du système de jeu), est capable de créer un univers visuel familier (il ne semble pas risqué de dire que des titres comme Dead Cells et Blasphemous ont beaucoup influencé le processus créatif de l’équipe), mais toujours très particulier et reconnaissable.

Cependant, le vrai point fort est le bande sonoreprobablement l’élément le plus réussi de Loot River, le principal promoteur de l’ambiance qui fonde ce jeu plein de mystère, oui, mais aussi plein de fureur tactique astucieuse.

Commenter

Version testée Ordinateur Windows

Livraison numérique

Vapeur, Boutique Xbox

Les défauts entourant Loot River sont indéniables. Pour peser sur l’équilibre déjà précaire entre progression et exploration s’ajoutent quelques criticités techniques non indifférentes, souvent capables de saper l’expérience de jeu de manière nettement frustrante. Pourtant, nous ne pouvons pas nous empêcher de continuer à penser à ces lieux, à ces sons, à ces mécanismes qui, même saisis à droite et à gauche et liés avec des brindilles et de la boue, ont réussi à nous ensorceler. Après avoir été obligé de recharger un jeu une énième fois à cause d’un problème inattendu, on pourrait penser qu’on ne veut plus jamais ouvrir un tel jeu. On s’attendrait à désinstaller dédaigneusement un tel titre pourri. Alors pourquoi ne pouvons-nous pas attendre pour naviguer à nouveau sur les eaux de ce monde déséquilibré et fascinant ? La perfection, ultime utopie de l’ère moderne, est une foire dangereuse à suivre. Souvent, c’est précisément l’absence de ce dernier pour désigner les expériences qui se glissent le plus sous notre peau.

PRO

  • Superbe secteur audiovisuel
  • Le mélange de mécanique est gagnant
  • Réactivité des commandes

CONTRE

  • Trop de bugs bloquants
  • Progression trop lente

Add Comment