Pagellone 32e de Serie A : Napoli flop, Milan ne sait plus marquer, l’Inter savoure, l’Atalanta est en pleine crise

La 32e journée de Serie A a vu l’Inter marquer des points clés dans la lutte pour le titre contre Naples, battu par la Fiorentina, et surtout Milan, bloqué 0-0 même par Turin. La Juventus s’est imposée à Cagliari, qui ne respire que grâce aux défaites simultanées de Venise et de Gênes. L’Udinese très bien, l’Atalanta s’effondre à nouveau, trop concentrée sur la Ligue Europa.

Chaque jour de poste, on analyse tout ce qui s’est passé lors du dernier tour de Serie A et on essaie de dresser un Pagellone des matchs qui viennent de passer aux archives. Qui était le protagoniste principal ? Quelle équipe a confirmé sa tendance positive ? Et qui, d’autre part, a montré quelques difficultés et a déçu les attentes ? Ou qui a fait les choses en grand, mettant son équipe en difficulté ? Voici le meilleur et le pire de ce que le produit 31ejournée de Serie A.

Classements et résultats

Une ligue

Pioli : “Résultat positif, il manquait le saut. Des arbitres ? Je ne parle pas”

IL Y A 14 HEURES

Serie A 2021-2022, le classement mis à jour | Serie A 2021-2022, calendrier et résultats

Noté 10… à l’Inter, régénéré par la victoire à Turin et de nouveau guilleret

C’était prévisible. L’Inter avait besoin de se débloquer et de reprendre confiance. Les énergies mentales l’emportent souvent sur les physiques. Et donc, totalement revigoré par la victoire 1-0 sur la Juventus à Turin, l’Inter a brouillé Vérone dans la première demi-heure, marquant deux fois avec Barella et Dzeko. Ensuite, ce fut la gestion et la conservation. Une victoire cruciale dans cette phase du championnat, qui lance l’Inter vers le deuxième Scudetto. Qui pourra arrêter les Nerazzurri, maintenant qu’ils ont mis la période négative derrière eux ?

Classé 9 … Fiorentina, big bang à Naples

Un très lourd 3-2 à Maradona. Pour sa maturité, sa confiance, sa capacité à prendre les devants même après le match nul de Mertens. La Fiorentina di Italiano poursuit sa quête d’une position “européenne” et confirme également à Naples la croissance progressive. Nico Gonzalez a marqué et deux nouvelles recrues en janvier, Ikoné et Cabral, déjà parfaitement immergés dans la réalité violette. L’équipe toscane joue, n’a pas peur et veut terminer dans le top sept. Applaudissements à la mentalité.

Classé 8 … à la Lazio d’Immobile, qui a mis le derby derrière elle

Triplé pour Immobile, qui met même Boniperti derrière lui et grimpe à lui seul à la 14e place du classement des meilleurs buteurs de l’histoire de la Serie A. Un 1-4 brillant et mérité celui de la Lazio à Gênes, qui suit le 2-1 à Sassuolo et repousse les fantômes de ce derby mal perdu avant la pause. L’équipe de Sarri est sixième, il croit en l’Europe et étudie le dépassement de Rome. La Lazio s’est certes améliorée dans cette deuxième partie de saison, assimilant également les idées de son entraîneur toscan.

Grade 7 … à Udinese, qui a changé de braquet

Avec un but de Becao à la 90e minute, l’Udinese a écrasé le Penzo de Venise et a donné une continuité à la retentissante victoire sur Cagliari. L’Udinese a gagné trois de ses cinq derniers matchs et s’est définitivement éloigné de la zone de danger (+14) et maintenant il peut même regarder qui est devant. Mérite de Cioffi, qui a continué dans le travail de Gotti et a donné encore plus d’éclat à la phase offensive des Frioulans. Les bianconeri peuvent profiter de la finale du championnat et emporter d’autres satisfactions.

Coté 6… à la Juventus, qui retrouve Vlahovic et la victoire

Réaction immédiate au KO interne infiltré par l’Inter. Immédiatement en dessous avec le beau but de Joao Pedro, la Juventus s’est relevée grâce à De Ligt et à la signature en seconde période de Dusan Vlahovic, qui a sanctionné la finale bianconero 2-1. Pas une belle Juve, mais certainement une équipe de la Juve, capable de comprendre l’importance du moment et de conserver l’avantage du +5 sur la cinquième place du classement. L’équipe d’Allegri veut bien finir le championnat, mais est consciente de devoir s’améliorer en vue de l’avenir. Paradoxal que le désavantage des leaders actuels (6 points de Milan) soit au plus bas pour la Vieille Dame dès la deuxième journée (5 points dans ce cas).

Noté 5… le chiffre d’affaires oublié par Mourinho, certains avaient besoin de repos

Le voyage en Norvège a fatigué l’équipe Giallorossi et, étant donné que la Roma devra affronter le match retour jeudi, il était peut-être temps de laisser quelqu’un se reposer. Même mentalement. Ce n’est pas un hasard si Salernitana, dernier du championnat, avait une longue avance à l’Olimpico et la Roma a réagi avec la force fraîche apportée par les remplaçants (but de Carles Perez, passe décisive de Veretout). Mourinho a préféré cette voie et en tout cas l’équipe du Capitole a remporté les trois points. On verra avec Bodo et Naples s’il s’agissait d’un choix prévoyant.

Coté 4… à Milan, qui s’est coincé et ne marque plus

0-0 avec l’Inter en Coupe d’Italie, victoire 1-0 avec Napoli, Empoli et Cagliari, deux autres 0-0 avec Bologne et Turin. Trois buts marqués lors des six derniers, pour un Milan qui a visiblement ralenti son rythme et perdu confiance en phase offensive. Et si les tirs extérieurs de Kalulu et Bennacer ont suffi contre Empoli et Cagliari, l’épisode favorable n’est pas venu contre Bologne et Turin et les Rossoneri ont perdu quatre points d’avantage décisifs sur l’Inter. La phase défensive du Diable fonctionne à merveille, mais dans ces deux dernières courses cruciales le classique “petit bras” est arrivé. Il reste encore six jours, c’est encore long, mais l’humeur des Rossoneri s’est définitivement détériorée.

Noté 3… à Napoli, qui se fait encore une fois prendre à domicile

Cette défaite est plus lourde que bien d’autres. Parce qu’il arrive dans un Maradona plein à craquer, parce qu’il annule l’euphorie découlant de la brillante victoire de Bergame, parce que le match nul momentané de Mertens semblait être arrivé au bon moment pour déclencher le retour. Mais voici l’effondrement final, avec un 2-3 violet qui fait très mal et risque de laisser des déchets dans la suite du championnat bleu. Spalletti devra relever la tête immédiatement, aussi parce que le calendrier place immédiatement la Roma devant eux. Encore un faux pas et le mot « Scudetto » disparaît du vocabulaire campanien.

  • Naples, meilleure performance à l’extérieur, 5 défaites à Maradona : le problème de Spalletti !
MAISON TRANSFÉRER
Gagne 9 Victoires 11
Tirage au sort 2 Tirage au sort 4
Défaites 5 Défaites 1
Buts marqués / encaissés : 27/14 Buts marqués / encaissés : 31/12
Points obtenus : 29 Points obtenus : 37
Moyenne de points : 1,81 (7e) Moyenne des points : 2,31

Coté 2… à Gênes de Blessin, ko inquiétant

Mauvais signes, suite à la défaite subie à Vérone lundi soir dernier. Gênes subit quatre gifles à domicile de la Lazio et pour la première fois de l’ère Blessin, il perd deux matchs de suite. Cagliari y reste toujours bloqué en trois points, mais le Grifone semble avoir perdu quelques certitudes et risque de retomber dans sa dépression d’antan. Maintenant Milan et la confrontation directe avec Cagliari : le salut passe tout d’ici.

Portanova à Gênes-Empoli

Photo de créditGetty Images

Grade 1 … à la bataille pour le salut, où personne ne marque plus de points

En parlant de lutte pour le salut, il est indéniable de souligner à quel point le niveau a baissé ces dernières années. Inspirons-nous des propos de l’entraîneur de Venise Zanetti : “Nous avons encore perdu, mais nous sommes tous encore là. Personne ne marque“. Et en fait les Vénitiens, bien qu’ils aient à peine collecté cinq points au deuxième tour, sont à seulement trois points de Cagliari et de la zone “verte”. Gênes a replanté et Salernitana ne parvient pas à raccourcir. Trois de ces quatre salueront vraisemblablement la Serie A, un sera sauvé, notamment pour les démérites des autres.

  • L’absurde lutte pour le salut à pas de tortue
Équipes Classement au 32ème Points au deuxième tour
16. La Sampdorie * 29 points 9 points (16ème)
17. Cagliari 25 points 15 points (11ème)
18. Venise 22 points 5 points (20ª)
19. Gênes 22 points 11 points (15ème)
20. Salerne ** 16 pointes 7 points (17ème)

** deux matchs pour récupérer

Vote 0… à l’Atalante, plongée dans une crise inattendue

Les énergies dépensées en Ligue Europa se font sentir. La déesse s’effondre également au stade Mapei et permet à Sassuolo d’ajouter une autre victime illustre à sa vitrine de championnat. L’Atalanta compte 51 points, à moins de 11 du quatrième Juventus, dépassé par les Romains et la Fiorentina. Nous avions l’habitude de voir refleurir l’équipe de Bergame au printemps et de voir ses finales prodigieuses. Pas cette saison : l’Atalanta vise la Ligue Europa, mais risque sérieusement de ne pas jouer les coupes la saison prochaine.

Tonali : “On rate le but mais Milan croit toujours au Scudetto”

Une ligue

Spalletti : “Le résultat est difficile à digérer, maintenant ça se corse”

IL Y A 18 HEURES

Une ligue

Moratti : “Inter, prends Dybala. Nouveau stade ? Pas besoin, San Siro c’est sympa”

IL Y A 2 HEURES

Add Comment