“Peu de mises à jour, nous sommes forts comme ça et c’est le meilleur Leclerc” – Corriere.it

depuis Daniele Disparaître

Le team principal après la victoire à Melbourne pense déjà à la course à domicile du 24 avril, où les qualifications se feront avec la course sprint. Et à Sainz il dit : j’attends une réaction

Oui, c’est le meilleur Charles Leclerc que j’ai jamais vu. Il avait déjà beaucoup de talent et continue de grandir. Pour la capacité à se concentrer sur les week-ends de course, pour la maturité, pour la capacité à régler la voiture, pour travailler avec les ingénieurs, pour la maturité et la gestion des pneus. Le défi sera de rester à ce niveau pour les vingt courses restantes, mais je sais qu’il va tout donner. Mattia Binotto câline le petit garçon élevé à l’Académie de Maranello, il voulait qu’il en soit le propriétaire, pour beaucoup cela ressemblait à un pari. Pas pour quiconque lit les données de télémétrie et de simulateur.

Cette fois le team principal n’est pas monté sur le podium comme à Bahreïn, il nous a envoyé le chef mécanicien Fabio Bellosi. Un de ceux qui passent sa vie au garage à démonter et remonter des monoplaces, un des protagonistes de la résurrection Ferrari. Si je regarde le classement – poursuit Binotto – je ne pouvais pas m’attendre à ces résultats après trois courses. Nous sommes bien sortis de l’Australie, c’était une nette victoire, mais ça ne veut pas dire que c’est notre valeur. Nous avons réussi, dans des conditions de piste difficiles, à arranger la voiture mieux que les autres. Je m’attends à un Red Bull fort des prochaines courses. Ils poussent et se développent, ce sera un combat serré. L’évolution de l’espèce passe par Imola, où les points de la course de sprint seront également à gagner, le mini-GP qualificatif samedi. Nous nous soucions beaucoup de la course à domicile, oublions l’Australie et repartons à zéro.

Plusieurs équipes apporteront les premières mises à jour importantes, Mercedes a commencé le chemin de la correction et à Melbourne quelque chose de mieux a été vu. Redbull vers le bas avec l’eau dans la gorge et doit accélérer. Ferrari apportera quelque chose, mais rien de significatif. Parce que la F1-75 est déjà compétitive dans la configuration de base et parce qu’Imola, pour le format week-end, à cause de la course sprint, n’est pas la bonne étape ni la piste propice à l’expérimentation. Les prochaines interventions porteront sur la zone du bas de la voiture pour réduire le phénomène de taxes aérodynamiques, même à Melbourne dans certaines conditions le spot a sauté créant un problème de performances. Plus en qualifications qu’en course. Au milieu de tant de bonheur il y a de l’amertume pour zéro de Carlos Sainz. L’Espagnol était trop impulsif, il perdait des positions au départ et tentait de se reprendre immédiatement en attaquant avec des pneus froids, c’est lui qui roulait le plus fort. J’ai pris des risques et commis une erreur qui m’a coûté cher. c’était un GP à oublier dans lequel tout a joué contre moi. L’Espagnol a quelques petites circonstances atténuantes : il a dû remplacer le volant une minute avant le départ : Un bouton n’était pas bien configuré, celui de la gestion du couple moteur, l’anti-calage a été entré deux fois. Il n’y a pas d’excuses : je n’aurais pas dû faire d’erreur, car il ne devait pas y avoir de problème au volant.

Sous la pression de Leclerc, Carlos souffre plus que prévu, les hiérarchies s’écrivent au classement. Binotto : Je suis sûr que cette leçon sortira plus forte. Certes il y a de la concurrence avec Charles, mais un stimulant. Sachant se lever, à Imola j’attends une réaction.

11 avril 2022 (changement 11 avril 2022 | 12:48)

Add Comment